Rapport sur la vie associative : l’Uniopss attend des engagements concrets

Le 8 juin, le Mouvement associatif, dont l’Uniopss est membre, a remis au Premier ministre le rapport « Pour une politique de vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement ». Ce document propose une stratégie globale pour une politique associative à la hauteur de l’action des associations pour l’intérêt général. L’Uniopss attend des engagements concrets en ce sens.

Le rapport remis le 8 juin dernier par le Mouvement associatif au Premier ministre se compose de 3 axes, 9 items et 59 propositions pour une stratégie globale pour une politique de vie associative à la hauteur des actions et innovations que mènent au quotidien les associations au service de l'intérêt général. Ce document est le fruit du travail collectif de nombreux acteurs publics et associatifs mené depuis décembre dernier. L’Uniopss, en tant que membre du Mouvement associatif et représentante des associations de solidarité, a activement participé à l’élaboration des propositions du rapport.

En attendant les arbitrages, prévus en juillet, le Mouvement associatif et l’Uniopss soulignent que ce rapport n’est pas un catalogue de propositions dans lequel le gouvernement pourrait piocher quelques mesures, mais une stratégie globale au service d’une politique structurée de la vie associative. Il s’agit, comme indiqué dans le rapport, d’un « véritable contrat de partenariat entre l’État et les associations pour le quinquennat », dans lequel l’Uniopss est prête à s’engager aux côtés du Mouvement associatif.

Pour Jérôme Voiturier, Directeur général de l’Uniopss : « les associations sont les principales défenseuses du système social basé sur une solidarité universelle. Le secteur associatif sanitaire, social et médico-social encourage la mobilisation de la société en faveur des plus vulnérables et permet la construction de réponses innovantes aux besoins des plus fragiles. Pour que les associations de solidarité poursuivent leur action au plus près des populations, le gouvernement doit aujourd’hui donner à la vie associative une dimension à la hauteur de ses enjeux ».